Bilan de 30 ans d'aide à Soro PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 28 Décembre 2010 14:16

 

 

BILAN DE 30 ANS D'AIDE A SORO



1 - L'ECOLE PRIORITAIRE

 

- Miser sur l'avenir

L'association est née en 1982 d'un besoin d'école. Ses efforts dans ce domaine sont restés prioritaires : répondre aux besoins de scolarisation à Soro et miser sur l'avenir en offrant aux enfants une instruction de base.



- Construction et équipement de 9 classes en 30 ans

Des besoins sans cesse grandissants (575 élèves) dans 2 groupes scolaires autonomes équipés d'une "cuisine",

d'un magasin et d'un bloc sanitaire :

- le groupe A (6 classes, une par niveau) construit de 1983 à 1998.

- le groupe B (3 classes) construit de 2006 à 2012.




- Un atout majeur : la cantine scolaire

Elle offre à tous les écoliers le repas de midi grâce à la générosité de la fondation StoryPlus.

D'où 3 effets bénéfiques :

- essor de la scolarisation

- satisfaction alimentaire et égalité

- meilleur travail scolaire ( près de 100% de réussite au CEP).




- L'école au centre de l'aide :

- "Amélioration annuelle des conditions scolaires" : fourniture de matériel scolaire et de livres, équipement des 2 cantines en cuiseurs à économie de bois, achat d'une armoire par classe, partenariat et échanges avec l'école primaire de St-Michel-sur-Rhône.


 


2 - L'AIDE A LA SATISFACTION DES BESOINS VITAUX


- L'accès à l'eau potable :

essentiel, mais difficile car l'eau potable à Soro provient de la nappe phréatique à 25/30 mètres de profondeur.

L'association de St-Michel a toujours fait le maximum selon ses moyens pour en faciliter l'accès :


- 1988 : aide à l'entrée (par paiement des cotisations des familles nécessiteuses) dans le programme d'équipement des 4 grands puits du village en pompes mécaniques (Volanta), grâce à un financement KWF, "coopération financière allemande". 


- prise en compte des problèmes de maintenance de ces pompes face à la carence de la société installatrice et à la disparition des moyens prévus à ces effets.


- 2006 : financement de la formation et de l'outillage de 2 mécaniciens du village pour assurer l'entretien et la réparation des pompes.


Dépannage des pompes par le mécanicien local et l'eau coule à nouveau.


- 2009 : là aussi, participation (par paiement des cotisations à la charge des familles nécessiteuses) à la mise en place du futur réseau de distribution à partir d'un nouveau forage avec château d'eau et pompe solaire.



- L'aide alimentaire :

- une pénurie récurrente. L'irrégularité croissante des précipitations d'hivernage se traduit par l'insuffisance des récoltes et de graves problèmes de soudure, (période entre l'épuisement des céréales stockées dans les greniers et la nouvelle récolte), particulièrement en 2004 2006,2007, 2008, 2011, surtout pour les familles disposant de peu de terres ou de peu de bras.


- Le grenier communautaire, créé en 2000 et géré par les villageois, fonctionne comme une banque de céréales qui sont stockées après les récoltes ( prix bas) grâce au financement de St-Michel, et revendues à prix coûtant ou même données aux familles nécessiteuses au moment de la soudure (prix élevés). De l'aveu même des villageois, le grenier "a sauvé Soro de la famine".

 

- La santé :

 

- Situation ancienne : l'association de St Michel veille à la maintenance minimale de l'ancienne "infirmerie" qui traite les problèmes de santé "ordinaires" et soutient également un service annexe de "récupération" d'enfants en bas-âge dénutris (une trentaine).


- Nouveau défi : suite à la fermeture en décembre 2005 de cet établissement : réhabiliter le bâtiment (devis de 15 000€) pour qu'il devienne, conformément à la politique sanitaire nationale, un centre de prévention et d'éducation sanitaire.


- Pari tenu :

2010-2012 : l'association collecte les fonds.

Février 2012 : l'association lance le chantier et en assume le contrôle en mai-juin.


- Pari gagné :

Novembre 2012 : fin des travaux.


- Une réussite à confirmer:

L'infirmerie réhabilitée est opérationnelle et accueille vaccinations, surveillance de la grossesse des femmes du village et de la croissance des jeunes enfants. Ces activités ne sont que les prémices du rôle qu'elle jouera après raccordement au réseau électrique, et intégration dans la nouvelle structure sanitaire l'unissant au futur centre médical de Gassan. La population de Soro est très satisfaite et très reconnaissante à l'égard de l'association de St Michel d'avoir permis cette transformation des services de santé locaux.

Le bâtiment avant travaux                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Après les travaux

 

Vaccination des bébés devant l'infirmerie en 2013

 

 

3 - LE SOUTIEN A D'AUTRES PROJETS

 

- Les projets des femmes :


- Cours d'alphabétisation en langue local (dioula).


- Fabrication artisanale de savon de karité.


- Construction et mise en route d'une plate-forme multifonctionnelle en 2010 pour mécaniser des opérations jusque là manuelles (moulins) ou créer des activités nécessitant de l'énergie.



Plateforme multifonctionnelle : moulin à mil et karité, soudure, production d'électricité permettant l'éclairage du bâtiment.

 

- Projet d'élevage :


- 6 éleveurs financés par St-Michel "montent" un petit élevage censé rapporter un revenu, au bout de 2 ans, qui servira à financer 6 nouveaux éleveurs...


Au total, en 30 ans, l'association de jumelage de St-Michel a investi environ 130 000€ à Soro dans des actions de lutte contre les effets du sous-développement et la mise en valeur par l'école du potentiel de la jeunesse.


30 ans après, évaluer exactement l'impact de cette aide est impossible, mais l'examen de la vie quotidienne à Soro apporte des éléments de réponse :

- le spectacle des écoles fourmillant d'élèves en est le premier, évidemment positif,

- le deuxième s'impose à l'observation de nombreuses scènes villageoises qui montrent que

les réalisations, même modestes, fruits de l'action de Saint-Michel, sont, pour la

population, d'un usage quotidien et d'un intérêt vital, comme en témoignent, par

exemple les files d'attente à la fontaine, devant le "grenier", le moulin à mil et bientôt

l'infirmerie...

Rien de révolutionnaire (sauf peut-être la scolarisation massive), simplement, et c'est l'objectif du jumelage, de quoi adoucir la rudesse d'une vie marquée par le sous-développement.

Toute pause est interdite. Ce "mieux" pour les habitants de Soro est fragile et demande de ne pas relâcher l'effort.


 

- Perspectives :


- Consolider et améliorer les acquis, être prêts pour l'aide d'urgence, c'est ce  qui constitue l'essentiel des 30 années de jumelage.

- Sans jamais oublier de favoriser l'accès à l'autonomie, base du développement :

- en essayant par tous les moyens de parvenir à l'autosuffisance alimentaire du village.

- en collaborant avec les interlocuteurs locaux (pouvoirs publics, Adis, Cvd...) dans leur recherche

d'un mode de développement.

- en s'intégrant dans toute action ou projet visant le progrès (irrigation, reboisement, artisanat,   

amélioration des techniques de culture grâce à SOS Sahel par exemple...).

Ce qui n'est pas sans nécessiter pour l'Association de Jumelage une somme d'énergies et de moyens toujours croissante.

 


Mise à jour le Mardi, 29 Juillet 2014 20:36